Accueil

Connaissance de la dynamique du couvert arboré (1955-2012) et utilisation des essences dans la région du Ferlo au Sénégal : Apports d’une base de données historique, de connaissances locales et d’inventaire sur site.

Les écosystèmes sahéliens sont soumis à des pressions anthropiques et climatiques croissantes, avec des conséquences durables pour la végétation ligneuse. Les arbres jouent un rôle vital pour la population locale, et leur pérennité doit être assurée. La présente étude vise à caractériser la végétation ligneuse, ses utilisations et sa dynamique sur le long terme (1955-2012) dans la région sablonneuse du Ferlo au Sénégal, dans une zone anthropisée à proximité de deux forages.

En 2012, des inventaires ont été réalisés dans 30 placettes, ainsi que desenquêtes auprès d’éleveurs issus de 30 camps sur la dynamique de la végétation etl’utilisation des essences. Une base de données historique a permis d’obtenirdes données

complémentaires sur l’évolution de la diversité des essences ligneusesdepuis 1955.

Par ailleurs, une étude de la bibliographie a permis de recenser toutes lesutilisations potentielles des essences. Ces données ont été analysées pour enextraire la dynamique des services  ’approvisionnement,en calculant des indices d’utilisation pour les essences et des indices deservices pour l’écosystème.

En 2012, pour un couvert arboré de 3 % et une diversité spécifique de 12 essencesdifférentes, les peuplements étaient dominés par deux essences sahéliennes,Balanites aegyptiaca et Boscia senegalensis. Le rapport entre arbres jeunes etadultes atteignait 70,5 %, ce qui pouvait indiquer un bon équilibre des essencesdans les peuplements, mais 95 % des jeunes plants correspondaient à trois essencesseulement, Balanites aegyptiaca, Boscia senegalensis et Acacia tortilis.Concernant la valorisation des différentes essences, les plus courammentutilisées étaient B. aegyptiaca et B. senegalensis, mais aussi A. senegal, uneessence rare, Adansonia digitata et Ziziphus mauritiana. Les données indiquent undéclin de la diversité spécifique et du nombre de jeunes arbres entre 1955 et2012,

accompagné d’une proportion croissante d’essences sahéliennes. Les indicesd’utilisation et de service suggèrent une dégradation des servicesd’approvisionnement, ce qui pourrait indiquer une vulnérabilité croissante deces écosystèmes.

Mots clés : services écosystémiques, sylviculture, savoir pastoral local, végétation ligneuse, Sahel, Sénégal

Cookies de suivi acceptés